La plantation et la culture

   

dernière mise à jour le 18/09/2017

  

  (infos extraites, entre autre, du mémento du producteur Rhône-Alpes, édition 1995)

Nous abordons quelques bases pour la préparation d'une production de pommes de terre

accès sur dossiers 

1/ Choix de la densité de plantation

2/ place de la rotation

3/ choix de la parcelle et préparation du sol

4/ PLANTATION (date, profondeur, technique)

5/ BUTTAGE

 

1/ Densité de plantation : quantités de plants à l'hectare      

     

Le choix de la densité de plantation doit être fait en fonction du nombre de tiges/ hectare souhaité. Le nombre de tiges dépend :

-du calibre du plant et de son état physiologique (nombre de germes en moyenne par chaque plant)

-du nombre de plants / hectare.

En bonnes terres et dans des conditions suffisamment humides, un peuplement de 180 à 220 000 tiges/ hectare doit être atteint. Dans des terres peu profondes et plus sèches, ou si l’on désire une plus grande proportion de gros tubercules, un peuplement de 150 à 180 000 tiges / hectare est suffisant.  

   

Calcul de la quantité de plants / hectare, voir dossier "densité de plantation"

Pour une pomme de terre de consommation, dans la pratique, les quantités théoriques oscilleront :

- pour du petit plant ( 28/35m)   : de 1 000 à 1 200 Kg

- pour du plant moyen (35/45m) : de 1 800 à 2 200 Kg

Pour les chairs fermes, les quantités devront tenir compte des objectifs recherchés (calibrage de la récolte), peuplement à l’hectare plus important qu’en consommation en fonction de la tubérisation moyenne de la variété, sachant que le coût de la semence est souvent un élément déterminant.

L’écartement des rangs est le plus souvent de 75 cm. Cependant, depuis quelques années, on tend à pratiquer des écartements de 80 cm et même jusqu’à 90 cm.    

 

           

  2/ place dans la rotation     

   

La pomme de terre présente une très grande souplesse; derrière les plantes sarclées (betterave), mais aussi derrière les céréales ou prairies ( attention aux taupins, vers blancs...)

Des rotations de 4 ans minimum sont recommandées mais parfois préférable tous les 5 ou 6 ans pour éviter le développement de nématodes, de maladies (rhizoctone, gale…), contaminations diverses à partir de la multiplication de repousses.

           

Par conséquent, des rotations trop courtes peuvent engendrer des baisses de rendement

Retour pommes de terre

Tous les 6 ans Tous les 4 ans Tous les 3 ans
Rendement 100 % 93 % 85 %

 

          

3/ CHOIX DE LA PARCELLE et préparation du sol 

    

Il faut réserver à la pomme de terre des parcelles qui drainent bien; les terres riches en matière organiques lui sont favorables. Préférer celles qui ont reçu des apports régulier de fumier dans la rotation

 Éviter:

 les terrains trop séchants

 les terres argileuses et trop humides,

 les parcelles trop sales (difficile à désherber)

 l'épandage de chaux avant la pomme de terre

 les PH trop bas (< 5.8)

 Raisonner le choix de votre sol en

 fonction du risque:

 - de taupins

 - d'apparition de gale commune.

         

Pour la préparation du sol:

RECHERCHER

ÉVITER

PERMETTRE

- une préparation dans

  de bonnes condition

- minimum de passages

- tassement 

- zones compactes et

  mottes

- bonne pénétration racines

- structure bien aérée

 

- bonne levée(limiter le rhizoctone)

- développement de la plante 

- grossissement et régularité des tubercules

- bonne circulation de l'eau 

- couche de terre

  ameublie sur 18-20cm

 

- couche de terre facilement tamisable à

  la récolte

- création d'une bonne butte 

- une terre sans rocs,

  cailloux, ni mottes

- l'épierrage alignage 

- endommagement récolte 

- récolte mécanique 

- mettre les pierres et les mottes entre les

  buttes au moment de la plantation

- sol suffisamment ressuyé

  au moment du labour

- tassement  

- compactage zone

  sous-jacente

- reprise de labour 

- passage d'outils sans difficulté pour une

  bonne plantation + buttage+ désherbage

- labour hiver en sol 

  18-20 %   d'argile      

      

- une fissuration en profondeur

- labour printemps sols

  instables

- battance, dégradation

  structure

- l'émiettement

         

Reprise de labour:

L'outil de reprise doit permettre en un minimum de passages de créer une couche de terre meuble facilement tamisable à la récolte. En général plus ou moins 8 cm de terre ameublie suffisent à la création d'une butte définitivement. D'une manière générale, les cultivateurs à dents vibrantes sont les mieux adaptés. Dans les sols plus argileux et au taux d'humidité plus élevé les outils à prise de force (herse rotative, alternative) permettent un ameublissement plus énergique mais il faut prendre garde à un émiettement excessif et aux semelles.

Les rotavators sont proscrits en dernier passages pour ne pas créer de semelles.

    

    

4/ PLANTATION (date, profondeur et technique)

     

La réussite de la plantation est liée aux conditions de préparation du sol et de température au moment de la mise en terre des tubercules de semence.

              

Date de plantation:

Au printemps, il est préférable de différer de quelques jours (voire d'une semaine) la date de plantation, plutôt que de vouloir planter dans une terre mal ressuyée et trop froide. Ceci sera d'autant plus facile que les plants auront au préalable été mis en clayettes.

        

Profondeur de plantation

  . ne pas planter trop profond

  . la profondeur normale de plantation dépend du type de sol et de la profondeur d'ameublissement

  . la base du tubercule se situe environ 4 à 5 cm en dessous du niveau du sol initial car une hauteur minimale de 3 à 4 cm est nécessaire entre la position du tubercule mère et le fond de la zone de reprise.

  . cette couche de terre meuble sous le tubercule favorise le début d'enracinement et permet un réglage facile de la profondeur d'arrachage, car le soc peut rester juste au dessous de la zone non ameublie.

SITUATION

EFFET

 Plantation trop profonde

- levée retardé

- jeunes germes davantage exposés aux attaques

  de Rhizoctone

 Plantation trop superficielle

- buttage plus difficile à réaliser

- tubercules fils qui ont tendance à verdir

 Terres sableuses

- tasser légèrement pour permettre la remontée

  capillaire

 Condition sèche (plantation pas trop tardive)

- planter plus profond (1 à 2 cm)

En primeur:

Planter peu profond pour assurer un démarrage plus rapide, certains producteurs pratiquent aussi la plantation à plat.

                  

Technique de plantation

Quelle que soit la planteuse utilisée, les tubercules de semence sont placés un à un dans la raie de plantation tracée à la surface du sol par le soc de la planteuse et recouverts par un léger buttage. Si le buttage définitif est effectuée dès la plantation, les plants sont placés à 15 cm du sommet de la butte ; par contre, si des buttages progressifs sont effectués en cours de végétation, ils ne sont qu'à 10 -12 cm. En principe, en sol froid et humide, les buttes doivent être petites ; en sol plus chaud et bien ressuyé, elles peuvent être plus volumineuses.

              

On distingue:

Les planteuses à alimentation manuelle : recommandée pour les plants germés à manipuler avec précaution.

Elles nécessitent la présence d'une personne par élément de plantation.

Les planteuses automatiques : permettant un travail plus rapide et une économie de main d'oeuvre ( 1 seule personne en général ) pour une vitesse d'avancement de l'ordre de 8 Km/h.

à 2 rangs 

environ 0.5 ha/ heure

à 4 rangs 

environ 1 à 1,3 ha/ heure

à 6 rangs

 environ 2 ha/ heure

    

5/ le BUTTAGE

        

Pour un bon buttage, il faut effectuer une reprise de labour sur 8 à 9 cm.

La butte recherchée aura pour dimensions:

-hauteur: 20 cm

-sommet de la butte: 15 cm de large environ

-largeur de la base: 50 cm

Les largeurs de base sont variables suivant l'empattement des roues du tracteur.

         

Intérêt: faciliter la récolte mécanique tout en favorisant le grossissement des tubercules dans un terre meuble, facile à reprendre par le soc de l'arracheuse. Les buttes doivent être assez volumineuses aussi pour éviter aux tubercules nouvellement formés d'être exposés à la lumière et donc au verdissement. Le buttage est également un procédé de désherbage mécanique.

En terres légères: Se réchauffant vite, le buttage définitif est possible dès la plantation à condition qu'il n'y ait pas trop de risque d'effritement par la suite.

En sol argileux et en général: il est préférable de butter en un ou deux passages après la plantation pour ne pas gêner une levée difficile qui pourrait être soumise aux attaques de Rhizoctone.

           

Au buttage, il faut éviter de recouvrir les jeunes pousses.

Le dernier buttage doit être effectué au plus tard lorsque les plantes ont atteint 20-25 cm de hauteur afin de ne pas ralentir leur croissance en sectionnant racine et stolons.

Lorsque la butte est trop aplatie, les tubercules fils se développent près de la base non ameublie et risque d'être sectionnés par les socs de l'arracheuse.

Le buttage peut retarder la tubérisation: en primeur pour favoriser au maximum la précocité, un minimum de buttage est réalisé.

           

- CHOIX DE LA BUTEUSE

 Majorité des cas

 buttoirs à disques

 buttoirs à socs

- peu onéreux

- faible coût d'entretien

- réglages aisés

 Terrains argileux

 fraise buteuse

- meilleur émiettement de l'interligne

- adapter vitesse d'avancement

Autre alternative : épierrage - alignage suivi d'une plantation sur buttes ou en billon :

Objectif :

Séparer pierres et mottes de la terre fine par tamisage avant la plantation, afin de diminuer la main d'oeuvre au moment du triage à la récolte et surtout de diminuer les endommagements mécaniques.

Cette nouvelle technique des équipements spécifiques, des adaptations ou modifications dans les itinéraires actuellement employés en Rhône-Alpes.

     

retour haut de page