(infos communiquées dans POMME DE TERRE Hebdo )

Veuillez trouver ci-jointe la copie d'une note de l'ITPT sur ce problème. +>  vous trouverez la liste des variétés classées par " sensibilité à l'égermage ".

accès sur dossiers

1/ le repos végétatif et la vitesse d'incubation

2/ l'âge physiologique du tubercule

3/ récolte 2003 et plantation 2004

            

  1/ Repos végétatif et vitesse d'incubation

 Deux caractères physiologiques variétaux importants

 Le tubercule de pomme de terre est un organe vivant. Au cours de sa vie et notamment pendant la période de conservation, il subit divers processus d'évolution dont les principaux sont la transpiration, la respiration, le vieillissement physiologique ou incubation (dont dépend la germination) et l'accumulation de sucres réducteurs conséquence de l'hydrolyse partielle de l'amidon à une température inférieure à 8°c. Parmi ces processus, l'évolution physiologique allant du repos végétatif au stade d'incubation constitue, principalement pour les plants, mais aussi pour la pomme de terre de consommation, une période importante dépendant de la variété mais également des facteurs d'environnement pré et post-récolte.

j.M. Gravoueille-Arvalis-Institut du végétal/ITPT

 Repos végétatif, dormance et germination

  Comme d'autres organes végétaux, le tubercule de pomme de terre passe par une phase au cours de laquelle ses bourgeons ne présentent pas de croissance significative. On a défini, à partir de la récolte, une période de repos végétatif (endormance ou dormance vraie) pendant laquelle le tubercule est incapable de germer, même s'il est placé dans des conditions de température et d'hygrométrie favorables à la germination (température de 18 à 20°C; hygrométrie supérieure à 90 %), puis une période de dormance pendant laquelle le tubercule peut être maintenu sans germination par l'application de températures sub-optimales. Il a été démontré que cette période de repos débute, en fait, avec l'initiation des tubercules sur la plante mère.

La durée du repos végétatif est principalement une caractéristique variétale (figure).

Même si des variations annuelles sont observées, on peut classer les variétés sur ce critère sans modification par les conditions de milieu.

Les durées de repos végétatif (note 1 : très court, 7 : très long) de 17 à 40 semaines ont été mesurées, de l'initiation de la tubérisation à l'apparition du premier germe visible d'environ 1 mm, sur des tubercules conservés dès la récolte à l'obscurité à 15°C avec une hygrométrie> à 85 %. Cette durée n'est pas liée à la précocité du génotype. Pour une variété donnée, la fin du repos végétatif des tubercules aura lieu d'autant plus tôt que la plantation de la culture dont ils sont issus aura été effectuée tôt et que les températures ont été élevées durant la végétation.

     

  2/ Age physiologique du tubercule

    

La qualité d'un tubercule destiné à être planté (plant de pomme de terre) dépend des facteurs inhérents à son origine: conditions de production et de conservation après récolte. Les travaux relatifs à la caractérisation de cette origine ont conduit à la notion d'âge physiologique.

L'âge physiologique peut être défini comme l'état physiologique d'un tubercule à un moment donné de sa vie. Un tubercule d'une variété donnée est d'autant plus âgé à un instant donné que la période de temps qui s'est écoulée depuis son initiation a été plus longue (âge chronologique), et que la température à laquelle il a été conservé depuis sa récolte (voire en végétation) a été plus élevée.

Les stades marquants du développement du tubercule sont les suivants:

1. initiation sur la plante mère;

2. fin de la dormance ;

3. stade d'incubation, couramment appelé" boulage "..

Ces 3 stades délimitent 3 phases:  

Entre 1 et 2, une phase de non-croissance des bourgeons (repos végétatif);

Entre 2 et 3, une phase de croissance des germes.

Après 3, l'initiation des tubercules-fils sur les germes est suivie d'une période de grossissement qui dure jusqu'à épuisement du tubercule mère.

    

La cinétique de la germination est donc influencée par l'âge physiologique de la manière suivante:

un tubercule très jeune porte généralement un seul germe, à vitesse de croissance lente;

un tubercule plus âgé porte plusieurs germes, dont la vitesse de croissance est plus rapide;

un tubercule très âgé porte des germes nombreux, ramifiés et grêles, dont la vitesse de croissance est très faible, jusqu'à devenir nulle au stade du boulage.

L'influence de l'âge physiologique est marquée de manière négative dans le cas des tubercules très âgés, où il peut se traduire par une absence de levée et dans le cas de plants très jeunes, où il a pour conséquence une levée lente et irrégulière des plantes. Par son influence sur le nombre de germes, l'âge physiologique intervient aussi sur le nombre de tiges et sur le nombre de tubercules par plante. Il intervient aussi sur la durée du cycle de végétation par son effet sur la date de levée et par sa contribution à l'élaboration du stimulus hormonal de la tubérisation.

Pour ces deux raisons et par son influence générale sur la croissance des plantes, il a un effet sur le rendement en poids et en nombre de tubercules.

La vitesse de vieillissement physiologique du tubercule, encore appelée vitesse d'incubation ou sensibilité à l'égermage est, toutes choses égales par ailleurs, une caractéristique variétale. Elle est notée de 1 : très rapide (très sensible) à 9 : très lente (très peu sensible). Les variétés qui ont une évolution physiologique lente supportent des conditions sommaires de conservation; c'est une des raisons du succès à l'exportation de variétés comme Claustar et Désirée vers des pays méditerranéens ou tropicaux dans lesquels les capacités de conservation frigorifique sont limitées.

Il n'y a pas nécessairement de liaison entre durée de repos végétatif et vitesse d'incubation pour une variété donnée; ainsi, la variété Sirtema à une dormance courte et une période d'incubation assez longue tandis qu'au contraire, Monalisa à une période de dormance assez longue et une période d'incubation très courte; mais la dormance et la période d'incubation peuvent être courtes, comme chez Agata et Franceline, ou longues comme chez Désirée et Saturna (voir figure).

 

VARIETES SENSIBLES à l’EGERMAGE

De 8 : peu sensible à 2 = très sensible

   

8

ARRAN BANNER, ASTERIX, CLAUSTAR, SPARTAAN

7

B.F 15, ISABEL, VICTORIA

6

AGRIA, AMINCA, ATLAS, CHERIE, DELICE, DRAGA, DUCHESSE, EUROPA, MANNA, MONDIAL, NATURELLA, NICOLA, OASIS, ONDINE, RESY, ROSEVAL, SIRTEMA

5

AIDA, ALASKA, ARIANE, BINTJE, CARLITA, CHARLOTTE, DITTA, EMERAUDE, LADY CHRISTL, LINZER DELIKATESS, MANON, MARIANNA, NOISETTE, OBELIX, O'SIRENE, OSTARA, POMFINE, POMPADOUR, ROSABELLE, RUBIS, SAFRANE, SAHEL, STARLETTE, TENOR, VENOUSKA, VIVALDI

4

ADORA, AMANDINE, ANAIS, ANIEL, CAESAR, CALYPSO, CARMINE, CICERO, COROLE, DESIREE, ELODIE, EOLE, ESTIMA, FLORETTE, INSTITUT DE BEAUVAIS, IROISE, KER PONDY, LIZEN, MARINE, RATTE, SIRCO, SPUNTA

3

AGATA, APOLLO, B.FONTENAY, CATARINA, CONCURRENT, FRANCELINE, JAERLA, JOSE, PRIMURA, SAMBA, STELLA, URGENTA

2

ALCMARIA, BEA, MONALISA

   

  3/ CONSEQUENCES récolte 2003 et plantation 2004

En 2003, les dates de plantation précoces associées à des cycles courts dus aux fortes températures concourent à une "pression" de germination élevée, dès la récolte, ainsi qu'a un vieillissement physiologique plus avancé que la normale. En conséquence, diverses précautions s'imposent:

     

Cas des plants destinés aux plantations de printemps 2004 en France

Les variétés les plus sensibles à l'incubation (note inférieure à 5) ont dû être rentrées très tôt en local réfrigéré et refroidies jusqu'à 2-3°C, particulièrement si leur repos végétatif est court (Agata, Caesar, Franceline, Amandine).

Les variétés moins sensibles (note comprise entre 5 et 7) peuvent être rentrées en local réfrigéré un peu plus tardivement (jusqu'au 15 novembre) et conservées à 4°c.

Pour les variétés à incubation lente (note supérieure à 7), il suffit d'assurer un refroidissement permettant d'éviter une germination trop hâtive ou excessive et de supprimer le phénomène de dominance apicale.

Ces consignes de températures doivent être rigoureusement maintenue pendant toute la conservation.

La prégermination à 12-15°C, si elle est pratiquée, doit être limitée à un mois et demi au maximum et est déconseillée pour les variétés les plus sensibles au boulage. Dans ce cas, il est préférable de réchauffer les plants seulement une huitaine de jour et de ne les planter qu'en terre suffisamment réchauffée.

 

Cas des pommes de terre de consommation

Le maintien en dormance des tubercules de pomme de terre destinés à l'alimentation humaine permet de réduire les pertes de poids et de limiter les modifications organoleptiques entraînées par la germination. La conservation a lieu à des températures suffisamment élevées (4.5 à 10°C selon les variétés et les débouchés) pour éviter une accumulation excessive des sucres défavorables à la qualité gustative, culinaire et technologique. De telles températures n'empêchent pas la germination au-delà de quelques semaines à quelques mois (selon la variété et la température de consigne adoptée) et l'utilisation de substances anti-germinatives est généralement indispensable. Les recommandations concernant le contrôle de la germination en stockage et lors de la mise en marché ont été données (hebdo n° 695) et doivent être mises en œuvre. Pour le marché du frais, la température de consigne (généralement entre 4,5 et 6,5°C) est maintenant atteinte. Toutefois, 4,5°C n'est recommandé que pour les variétés les moins sensibles au "sucrage de froid" (ex: Charlotte, Amandine) et/ou en l'absence de traitement antigerminatif. La forte pression germinative de l'année ne justifie pas un choix de consigne inférieure mais révèle le besoin en variétés à dormance longue, peu sensibles au "sucrage à basses températures" pour répondre à la triple exigence de qualité des utilisateurs (présentation, goût, sécurité alimentaire).

Pour la transformation en produits frits, le "sucrage de sénescence" peut se produire au-delà d'avril-mai. Il est recommandé:

- de réserver au stockage de longue durée, les lots issus de parcelles défanées à maturité, de bonne aptitude à la friture ou à faible teneur en sucres à la récolte et conservés dans des bâtiments équipés de groupes frigorifiques,

- d'adopter pour ces lots une température de consigne relativement basse (6.5 à7.5°C selon les variétés) et la plus constante et homogène possible,

- de ne mettre en oeuvre le reconditionnement qu'en cas de nécessité absolue.

retour haut de page